Cinq albums pour prolonger ton été

Par Thomas Chenel
Crédit photo Mélanie Thériault

Quelle rentrée scolaire? Je ne vois pas de quoi tu parles! Si, comme moi, tu vis dans le déni de la fin de l’été, je te recommande vivement d’écouter ces cinq albums sur repeat pour prolonger l’hédonisme de l’été et repousser les froides soirées d’automne. Qu’ont-ils en commun? Ils se dégustent mieux sous le soleil cuisant ou lors de douces soirées à profiter du plaisir des vacances. Sors ta crème solaire pis tes lunettes fumées, on s’en va découvrir de la musique!


Chocolat – Rencontrer Looloo (Rock psychédélique – 2016)
Mené par l’auteur-compositeur-interprète montréalais Jimmy Hunt, Chocolat est l’un des groupes rock québécois les plus originaux de la décennie. Mêlant une multitude d’influences différentes, leur dernier opus allie l’énergie du punk à des mélodies pop et à un niveau de musicalité atteignant parfois presque celui du jazz. L’ambiance est envoûtante, presque exotique, notamment grâce aux effets administrés à la voix du chanteur et aux prouesses musicales du claviériste-saxophoniste. Varié à souhait tout en maintenant une forte cohésion conceptuelle, Rencontrer Looloo est un indispensable des soirées de cours arrière entre amis. Après les avoir vu en spectacle sur le bord de la mer au Seashack en Gaspésie, je peux également te confirmer que leurs shows valent chaque sou!


Tame Impala – Innerspeaker (Rock psychédélique – 2010)
Eh oui, encore Tame Impala! Le premier album du groupe australien rappelle la chaleur estivale, et ce, du début à la fin. La batterie apporte une intensité saisissante, la guitare est saturée d’effets de toutes sortes, les mélodies sont particulièrement accrocheuses et la voix angélique du chanteur apporte la touche finale à l’atmosphère psychédélique de l’album. De plus, les paroles traitent de la solitude d’une façon si positive qu’il est difficile d’être malheureux après une écoute complète. Parfait pour les randonnées en montagne ou les marches sous un soleil de plomb, il est également idéal autour d’un bon feu sous la lune.


Mac Demarco – Salad Days (Jangle pop – 2014)
Imagine-toi en train de boire une bonne bière glacée ou un gin tonic parfaitement dosé sur une plage de sable blanc comme l’ivoire, couché aux côtés de la personne que tu aimes de tout ton cœur. Maintenant, dis-toi que Salad Days est la version auditive de ce moment. À ma connaissance, aucun album ne représente mieux l’été que celui-ci. Relaxant, accrocheur et euphorique, Salad Days est constamment satisfaisant. Les 5 à 7 agrémentés d’une piscine extérieure et d’un BBQ sont également parfaits accompagnés de la voix relaxante et des guitares suintantes de reverb de Mac Demarco. Sinon, tu peux toujours l’écouter en faisant tes premiers devoirs de la session, une grosse larme de nostalgie dégoulinant sur la joue.


Kid Cudi – Man on the Moon : The End of Day (Hip hop – 2009)
Le premier Man on the Moon est l’album des promenades nocturnes urbaines par excellence. Toujours hésitant entre l’espoir et le désespoir, Kid Cudi livre avec son premier album une performance vocale emplie de mélancolie et de passion ainsi qu’une production absolument magnifique teintée de psychédélisme et de romantisme. L’album est très introspectif et traite de la vie de Kid Cudi à l’époque : celle d’un jeune homme avec une ambition démesurée, qui se laisse un peu trop contrôler par ses émotions, qui se sent incompris par ses pairs, et c’est ce qui en fait un album universel. La plupart des gens peuvent comprendre sa situation et ressentir les émotions qui donnent vie à l’album, car ceux-ci se sont déjà sentis comme lui. Man on the Moon : The End of Day est donc l’album parfait pour ressasser ses démons en marchant sous la lune.


Gorillaz – Plastic Beach (Pop – 2010)
L’esthétique de Plastic Beach, le troisième album de Gorillaz, ne cessera jamais de m’étonner. Avec une palette musicale incluant de la pop, du hip hop et de la musique électronique, tout le monde peut y trouver son compte. Bien qu’il soit extrêmement varié et peuplé d’artistes invités de toutes sortes (de Snoop Dogg à Lou Reed en passant par l’Orchestre national de musique arabe orientale du Liban), chaque chanson à sa place dans l’album. Les sonorités employées et le choix des mélodies rappellent les tropiques, Plastic Beach nous transporte instantanément sur une île caribéenne. À écouter en lisant les premiers chapitres (probablement les seuls que tu vas lire) de tes nouveaux livres qui t’ont couté plus cher que ton loyer!

*Les photos ont été utilisées à des fins de représentation graphique

Article Connexe

La vie de recrue

Par Thomas Chenel
Crédit photo Mélanie Thériault

Quelle rentrée scolaire? Je ne vois pas

...