Réduire sa consommation de déchets au quotidien sans virer dans le grano-hippie

Texte par Alexanne Laplante, photos par Pierre Yves Laroche

Bon ok, on va mettre quelque chose au clair tout de suite en partant, cet article n’a pas pour but de te convaincre à aller construire ta cabane de matériaux recyclés dans le fond du bois pour vivre y vivre en marge de la société. Zéro déchet, c’est peut-être un peu radical, mais je trouvais que c’était plus percutant que un peu moins de déchets. 😉

C’est en tombant sur le site de Béa Jonhson il y a quelques années que j’ai commencé à prendre conscience de la quantité de déchets que moi, simple étudiante à l’époque, je produisais à moi toute seule. Je jetais des tonnes de choses sans me poser de questions. Et je ne suis pas tant que ça de type grano hippie là!

Apporter son lunch dans des contenants réutilisables

Jeter un sac ziplock ou un sac à papier chaque jour, c’est pas cool! Et c’est facilement évitable. Il y a surement des tupperwares ou des pots masson qui trainent chez vous, ou sinon des pots de yogourt ou de margarine en plastique que tu pourrais utiliser. Et si tu trippes pas tant plastique, il se fait des belles versions tupperware en verre! Ça vaut l’investissement!

Apporter ses sacs et contenants à l’épicerie

Bon, pour les sacs réutilisables, ça devient pas mal la norme. Mais savais-tu que tu pouvais aussi amener ton contenant pour les produits en vrac? Le commis le pèse d’abord, le remplit de ce que tu veux, te donne l’étiquette pour payer et tadam! Mais bon, j’avoue que je suis la pire pour ça. Souvent, quand je vais à l’épicerie, c’était pas prévu. J’oublie souvent mes sacs, je vous laisse imaginer combien de fois j’ai pensé aux contenants…

Acheter en vrac le plus possible

Ça complète un peu le point précédant! Les produits en vrac, ça réduit l’emballage, donc ça réduit les déchets aussi. D’ailleurs, une épicerie zéro déchet a ouvert récemment à Montréal! Je n’ai pas encore eu la chance d’y aller, mais j’compte bien aller visiter ça bientôt, juste pour voir.

Trainer son thermos et sa bouteille réutilisable

Non seulement je trouve ça plus pratique, mais ça empêche une verre de carton et un couvercle de plastique de se retrouver dans la poubelle après chaque café! Depuis que j’ai investi dans une bonne tasse de voyage et une bonne bouteille en verre, je pars rarement sans. J’avoue que ça pèse un peu plus dans le sac à dos, mais on s’habitue vite!

Choisir les factures électroniques

Sérieusement, il n’y a rien qui m’insulte plus que de revenir chez nous et tomber face à face avec une pile de junk courrier sur mon paillasson. Ok j’exagère un peu, mais honnêtement, je ne regarde pas mon courrier. Mes factures, je les veux électroniques. Mes circulaires, j’ai une app pour ça. Souvent, ces papiers-là ont une vie qui se résume à être posté chez moi et être déposé dans le bac de récu dans les minutes qui suivent.

Acheter des vêtements de bonne qualité

J’ai décidé il y a quelques temps d’investir dans mes vêtements. Avant, je payais une paire de bottes par année. Je les payais tellement pas chères qu’au printemps, elles s’en allaient direct à la poubelle. Il y a trois ans, je me suis acheté une bonne paire de bottes Sorel qui m’ont couté la peau des fesses (si on compare à mon budget bottes des années antérieures), et elles vont voir leur quatrième hiver cette année. Si elles brisent, au prix qu’elles m’ont coutées, je serais plus portée à les apporter chez le cordonnier qu’à les sacrer aux vidanges. C’est rentable, au bout du compte!

Finalement, il faut garder en tête que le but de l’exercice zéro déchets, c’est pas vraiment de produire zéro déchets. Personne n’est parfait! L’important, je pense que c’est juste de prendre conscience qu’on vit dans l’aire du jetable et que c’est néfaste pour notre p’tite planète. En autant que tout le monde fasse un petit effort!

Juste parce que j’suis plus capable de me sortir cette chanson là de la tête, j’en fait mon mot de la fin. De rien!

«ON PREND LA TERRE POUR UNE POUBELLE, MAUDIT BORDEL» – Marie-Chantal Toupin

Article Connexe

Est-ce que ça a valu la peine?…

Texte par Alexanne Laplante, photos par Pierre Yves Laroche

Bon ok, on va mettre quelque

...