Nous sommes si petits…!

Texte par Hao Yin avec la collaboration de Chloé Chagnon
Photos par Hao Yin et William Coady

Il est 23 heures. Je sors sur mon balcon et je regarde le ciel. À part quelques étoiles qui brillent à travers la pollution lumineuse de Longueuil, le ciel semble vide. En réalité, le ciel est un océan rempli d’étoiles, de nuages cosmiques et de galaxies.

Ainsi, en cette fin d’avril, nous entrons dans une période de l’année qui me fait sourire. C’est la saison des bals des finissants. C’est une période de l’année où je peux voyager loin, très loin des grandes villes et de la pollution lumineuse. C’est au fin fond de Lanaudière, du Bas-St-Laurent et de l’Estrie que je peux sortir ma caméra et contempler un ciel dépourvu de pollution lumineuse.

On raconte même qu’il y a plus d’étoiles dans l’Univers que de grains de sable sur la Terre. C’est à ces moments, tard dans la nuit, caméra à mes côtés, parfois grelottant de froid, et assis au fin fond de nulle part que je lève les yeux. La galaxie d’Andromède, de Pégase et d’Hercule de même que l’Aigle, le Cygne et la Voie lactée brillent dans le ciel. C’est à ces moments précis que je me sens déconnecté de mon corps et que j’apprécie notre place dans cet Univers. Oui, je me sens petit chaque fois. Devant mes yeux rayonnent un nombre quasiment infini d’étoiles. Je réalise que nous, les humains, nous ne sommes qu’un infime microorganisme qui n’a presque aucune influence dans la grandeur du cosmos. C’est à ce moment aussi que je me rappelle à chaque fois que l’inconnu se dresse devant nous et que nous sommes simplement sur cette Terre qui gravite autour du Soleil et qui est simplement une étoile dans une vaste galaxie.

Voie Lactée au Lac Taureau
La Voie Lactée au Lac Taureau

Cependant, c’est à ce moment que je réalise aussi l’importance de l’humanité, de notre race. Dans un avenir rapproché, nous serons limités à notre système solaire. Nous serons limités à notre planète que l’on détruit peu à peu. Je pleure le désordre présent dans notre civilisation déchirée par des chicanes entre peuples, entre différentes croyances et entre nous-même. Ces conflits semblent si minuscules devant la grandeur de l’Univers.

Orion dans l'Estrie
Orion dans l’Estrie

Aussi, c’est à ce moment que je réalise que nous avons abandonné nos rêves. De l’Europe vers les Amériques, de la Terre vers la Lune, la race humaine a toujours exploré. Cependant, les grandes missions d’exploration sont choses du passé. Les missions Mercury, Gemini, Apollo sont maintenant dans les livres d’histoire. Les missions Venera, Voyager et Mariner tombent dans l’oubli. Le commandant d’Apollo 17, Gene Cernan, lors de son discours de départ de la Lune, avait cité qu’il ne savait pas quand l’humain retournerait sur cette dernière. Je ne crois pas qu’il aurait pensé que 1972 marquerait la dernière fois qu’un humain aurait marché sur la Lune. Cependant, ces dernières années, avec des gens inspirants comme Elon Musk à la tête de SpaceX, je me permets de rêver.  Nous vivons dans une époque où la technologie évolue plus vite que jamais. Nous vivons dans une époque que les gens semblent finalement comprendre l’importance de regarder au-delà de l’horizon.

La Voie Lactée en Mauricie
La Voie Lactée en Mauricie

Je regarde vers le haut et je me demande le moment où notre civilisation touchera à nouveau le ciel. C’est à ce moment que ma caméra finit de prendre la photo et que je souris. Nous y retournerons un jour.

Article Connexe

Cinq albums pour prolonger ton été

Texte par Hao Yin avec la collaboration de Chloé Chagnon
Photos par Hao Yin

...